Archives

Image

Everybody Knows this is nowhere

Créé par Mark Lawes (2014)

Textes Raphaële Thiriet et Mark Lawes

Avec Luc Bouchard-Boissonneault, Melina Stinson, Raphaële Thiriet, Arran Fischer

Quelque temps après l’impasse culturelle, économique et politique du 21e siècle, le futur est jonché de bribes de sens à recomposer. Sommes-nous dans un désert ou dans un décor de western hollywoodien ? Un cabaret expressionniste ou une chambre de motel décrépite ? Sur scène, des histoires d’amour brisées, comme ces souvenirs qui nous définissent et finissent par nous hanter. Un journal. Quatre solitudes.


Image

Sometime Between Now And When the Sun Goes Supernova

Créé par Mark Lawes (2013)

Textes Mark Lawes et Raphaële Thiriet

Avec Luc Bouchard-Boissonneault, Melina Stinson, Raphaële Thiriet, Mark Lawes

SOMETIME BETWEEN NOW AND WHEN THE SUN GOES SUPERNOVA est une création qui se situe au cœur d’une recherche autour de l’identité en devenir et du caractère hybride des sociétés contemporaines.  Au départ, une interrogation, celle de l’usage grandissant de la technologie dans nos sociétés, et quels changements cela suppose. Cette pièce déploie l’idée de l’interaction de l’humain et de sa cyber-déterritorialisation, ainsi que la compression graduelle de l’espace-temps par l'accélération du numérique.


Image

Atteintes à sa vie

de Martin Crimp
Mise en scène Mark Lawes (2012)

Avec Chris Dadge, Henry Hsieh, Marie-Michelle Melotte, Alexandra Ordolis, Catalina Pop, Raphaële Thiriet, Mark Eden Towle, Steve Turner

« Personne n’aura fait l’expérience directe de tels évènements, mais tout le monde en aura vu une image. » - Jean Baudrillard

Un groupe d’artistes fait la tentative de raconter l’histoire d’un personnage absent et fragmenté, Anne, qui n’existe qu’en l’état de 17 scénarios. ou 17 identités multiples. Comme dans la citation de Baudrillard qui fait partie de la préface de la pièce, nous recevons seulement l’image d’Anne, nous ne rencontrons pas Anne elle-même en tant que personne. Cette représentation de l’identité fragmentée vient refléter la complexité de notre monde. Comme Anne, nos identités contemporaines sont fracturées et se nichent dans des espace/temps transitoires.


Image

La Campagne

De Martin Crimp
Mise en scène Chris Abraham (2011)
Avec Fiona Byrne, Mark Lawes, Raphaële Thiriet

La Campagne reflète comment les citadins peuvent idéaliser la vie à la campagne et y voir un refuge hors de la vie qu’ils mènent. Mais dans l’esprit de Martin Crimp, toute les tentatives de fuites sont vouées à l’échec, car on ne s’échappe pas sans porter son lot de vacuité et de mensonges.

L’Oeuvre de Martin Crimp parle de violence, de cruauté et de compétition sexuelle. Il fait la critique de la manipulation médiatique et de la guerre contre le terrorisme. Il explore la question de l’amour dans une société régie par des institutions capitalistes menant à l’égoïsme, à la compétition et au consumérisme. Ses pièces déconstruisent les traditions comme le mariage, la famille et questionnent si l’amour authentique est possible dans la réalité d’une société dont la consistance repose bien trop souvent sur l’éternel combat entre le même et l’autre.


Image

Lucy Lost Her Heart

Créé par Mark Lawes (2010)
TEXTES Raphaële Thiriet et Mark lawes

Avec Raphaële Thiriet, Mike Tan, Ian Kilburn, Steve Turner, Chris Dadge

Lucy Lost Her Heart parle de l’aliénation des sociétés dites développées. Cette pièce interroge la violence du passé ancrée dans les inconscients en la mettant en relation avec les possibilités futures. L’acte qui fait le lien passe par le corps de l’acteur, il est l’acte de dire, et de faire vibrer toutes ses histoires de façon tangible dans l’atmosphère du théâtre. Au présent.

Dans Lucy Lost Her Heart, la ressource fondamentale qu’est le théâtre est utilisée dans sa puissance vitale d’imaginer les choses autrement. De ne pas accepter le monde tel qu’il est. Tout cela commence par la célébration du deuil.  Le deuil comme rituel chanté et dansé, est nécessaire pour passer de l’inertie paralysante des affects tristes, à la puissance d’action. Cette puissance d’action réside au cœur de chacun d’entre nous. Mark Lawes et sa compagnie la convoque. Cette pleine conscience de la capacité d’invention est la force créatrice des présents, et des futurs possibles.


On the Side of the Road

Créé par Mark Lawes (2009)
Textes Raphaële Thiriet et Mark Lawes

Avec Raphaële Thiriet, Mike Tan, Ian Kilburn, Steve Turner, Dianne Busuttil, Nicolas Bernier

ON THE SIDE OF THE ROAD est une réflexion sur l’identité et le devenir mouvant des identités dans le contexte des immigrations. Cette réflexion s’inspire de Lac La Biche, Lac au nord de l‘Alberta qui est le lieu carrefour d’une dizaine de différentes communautés réunies autour du lac comme une micro image du Canada. Qu’est-ce que l’image de soi quand elle est reliée à un contexte social, que devient cette image quand le contexte change. Une série de hasards, d’événements et de circonstances réunit ces personnages autour du lac. Ces personnages sont agités par une vibration vitale : la recherche d’une intersection possible entre les lois, les frontières, leurs désirs de libertés, leurs rêves et leurs désirs cachés. Que devient alors la question du vivre ensemble, quand les identités diffèrent tellement ? ON THE SIDE OF THE ROAD parle de nos imperfections et notre maladresse mais aussi de la beauté existant autour de la quête de nos désirs.


Image

Little Red River

Crée par Mark Lawes (2008)

Textes Raphaële Thiriet et Mark Lawes

Avec Raphaële Thiriet, Mike Tan, Ian Kilburn, Steve Turner, Helen Husak, Anna Krysiak, Peter Moller

Cette pièce représente  scéniquement la mémoire de Harry Smith. Chaque fois que nous évoquons le souvenir d’un évènement, nous créons une nouvelle représentation de ce souvenir. Notre mémoire change perpétuellement. Little Red River met à l’oeuvre  la question de l’articulation entre l’expérience du réel et le point de vue. Le réel, l’image et le fantasme sont inextricablement liés par des relations triangulaires étroites et ténues, superposées parfois. Ces trois notions posent la question de la vérité. La vérité est toujours incertaine. Que s’est-il passé? Quand cela s’est-il passé? Et cela s’est-il vraiment passé? La vérité est la réalité jouée du mensonge.