LA COMPAGNIE

CRÉATIONS MULTIDISCIPLINAIRES

La compagnie Théâtre Junction est un collectif multidisciplinaire basé à Montréal.  Impulsé par les co-directeurs artistiques Mark Lawes et Raphaële Thiriet, la compagnie rassemble des artistes francophones et anglophones provenant de différentes disciplines et origines culturelles.  Ensemble ils explorent et créent dans les interstices de leurs différences des objets d'art vivants qui sont des formes composites de notre temps.  Les interconnections entre environnement manufacturé et naturel ainsi que les interactions du réel et du virtuel sont au coeur de la recherche de la compagnie.  La recherche et l'écriture scénique de Mark Lawes et Raphaële Thiriet avec la compagnie Théâtre Junction implique la recherche d'un nouveau langage et de nouvelles formes de représentation.  Un travail de création de ce type se situe au carrefour de la danse contemporaine, de la musique, du théâtre, et des arts visuels, matières multiples et indispensables à une écriture vivante sans cesse renouvelée.

 

CRÉATIONS

Chaosmos

où le cabaret décolonisé.e.s

CHAOSMOS où le cabaret décolonisé.E.s est né d’une série de rencontres entre les co-directeuri.c.e.s artistiques de Théâtre Junction Raphaële Thiriet et Mark Lawes et de l'artiste visuel, poète et chanteur afro-américain Malcolm Mooney, célèbre pour avoir été longtemps le chanteur du groupe CAN.

Ce travail interdisciplinaire nous immerge dans un dispositif spacial, visuel et sonique dont le désir de faire glisser l’axe d’un anthropocentrisme systémique en invoquant une conscience plus organique et changeante du monde dans le “chaosmos”. La composition musicale enveloppante de Ian Jarvis, les textes, sons, chansons et les vidéos peuplent un espace curvilinéaire construit à base de lamelles de papier, qui fait voler en éclats les archaïsmes coloniaux tout en s’inspirant de la logique complexe de la biodiversité.

En résidence de création au Théâtre Aux Écuries pour la saison 2020-21.

Galerie Vidéo
Image
Image

Module 1 – Supersaturated

Module 1 of the Supernova Trilogy explores the acceleration of cultural change related to advances in technology.  Instantaneous communication, social media, and high speed internet have altered consciousness and transformed our relationship to time, each other, and the world.  Inspired by Douglas Coupland’s ‘supersaturated information age’, and underscored by a ready-made pop-art aesthetic, the company of artists surf the wave of a culture transformed by its own speed.

Module 2 – The End of a Dream

Module 2 of the Supernova Trilogy is situated after the high-speed crash of electronic interconnectedness and the implosion of the ‘global village’.  What happens after the collapse of the American Dream? On the edge of a deserted landscape, fragments of a broken love story reawaken dreams of the past.  There is a longing to go back home to the way things were, however that place is no longer what we thought it was, and we are no longer ourselves. Module 2 attempts an autopsy on the heartsick condition of a society that has lost its dreams.

Module 3 – The Last Fall of Wile E Coyote

In Module 3 of the Supernova Trilogy we watch the final fall of Wile E Coyote.  This time, the famous coyote doesn’t get back up and repeat himself, instead he watches his image slowly dissolve under a starry sky.  The last fall of Wile E Coyote is situated somewhere between the image and the shadow.  Onstage a post-rock band sings songs as incantations to summon ancient memories or visions of the future, where animals resemble men.  And on the screen, the performers are trapped and interrogated in a series of “assessments” inciting their fears and paranoia in a “post-truth” world where the camera is the only witness.  And in the space between the stage and the screen, beyond the frame of the camera, there is an unknown territory, vast and infinitely complex, where nature and the cosmos carry on the subtle dance of reality.  The performers act as a chorus in search of a collective reconfiguration of the present moment.

 

LA TRILOGIE SUPERNOVA

“Une exploration multimédia qui défie les genres et pose autant la question du fond que celui de la forme. Si le medium est le message, comme dit McLuhan, quel sens cela peut-il faire? Le futur prend les allures d’une rétrospective devant une multitude de tentatives lancées à la recherche d’un “ré-enchantement“ des possibles dans un monde chaque jour plus submergé par la prolifération des informations.”

Pendant les deux dernières saisons, la compagnie a dédié son travail à la construction d’une trilogie multidisciplinaire et multimédia, composée de trois modules indépendants. Métaphoriquement, la trilogie évoque le cycle de vie d’une étoile. L’impact explosif des nouvelles technologies sur la conscience et l’ordre social, ainsi que l’érosion de la promesse utopique du rêve américain laisse entrevoir un futur aux allures de chantier en reconstruction. La science et l’imagination entrent en collision, ainsi que les temps passé, présent et futur. Chaque module consiste en une pièce multidisciplinaire, accompagnée de «satellites» comprenant des concerts, et de multiples installations et performances à déplier comme une carte.

voir la vidéo
 
Image
Image
Image
Image
 

Module 1 – Supersaturated

Module 1 of the Supernova Trilogy explores the acceleration of cultural change related to advances in technology.  Instantaneous communication, social media, and high speed internet have altered consciousness and transformed our relationship to time, each other, and the world.  Inspired by Douglas Coupland’s ‘supersaturated information age’, and underscored by a ready-made pop-art aesthetic, the company of artists surf the wave of a culture transformed by its own speed.

Module 2 – The End of a Dream

Module 2 of the Supernova Trilogy is situated after the high-speed crash of electronic interconnectedness and the implosion of the ‘global village’.  What happens after the collapse of the American Dream? On the edge of a deserted landscape, fragments of a broken love story reawaken dreams of the past.  There is a longing to go back home to the way things were, however that place is no longer what we thought it was, and we are no longer ourselves. Module 2 attempts an autopsy on the heartsick condition of a society that has lost its dreams.

Module 3 – The Last Fall of Wile E Coyote

In Module 3 of the Supernova Trilogy we watch the final fall of Wile E Coyote.  This time, the famous coyote doesn’t get back up and repeat himself, instead he watches his image slowly dissolve under a starry sky.  The last fall of Wile E Coyote is situated somewhere between the image and the shadow.  Onstage a post-rock band sings songs as incantations to summon ancient memories or visions of the future, where animals resemble men.  And on the screen, the performers are trapped and interrogated in a series of “assessments” inciting their fears and paranoia in a “post-truth” world where the camera is the only witness.  And in the space between the stage and the screen, beyond the frame of the camera, there is an unknown territory, vast and infinitely complex, where nature and the cosmos carry on the subtle dance of reality.  The performers act as a chorus in search of a collective reconfiguration of the present moment.

Module I – Supersaturés

Le Module I explore l’accélération des changements culturels liés au développement des nouvelles technologies. Les communications instantanées, les réseaux sociaux s’inscrivent dans la vitesse de l’internet à haut débit et altèrent non seulement notre rapport à la conscience, mais aussi transforment notre relation au temps, à l’autre, et au monde. Inspiré par “l’Age de l’information super saturée” dont parle Douglas Coupland, ce module utilise l’esthétique du ready-made et du pop art en tentant de glisser sur la vague d’une culture transfigurée par sa propre vitesse.


Module 2 – La fin d’un rêve

Le Module 2 se situe après le crash des interconnections électroniques, bien après la chute du village global. Dans ce futur, le rêve américain a complètement implosé pour laisser place à un paysage désertique. Les fragments d’une histoire d’amour brisée en mille morceaux reviennent hanter ce paysage, comme les fragments du refrain d’une chanson populaire qui persiste. La  nostalgie indique un retour impossible. Le module 2 est une autopsie effectuée sur ce qui reste du coeur d’une société malade, et sonde la mémoire de ce que furent un jour, ses rêves.


Module 3 – L’ultime chute de Wil Coyote

Ce module nous entraine à suivre l’ultime chute de Wil Coyote. Cette fois, le fameux coyote ne se relève pas pour se répéter. Il voit lentement son image se dissoudre sous un beau ciel étoilé. Il y a une bascule, un changement imminent. L’ultime chute de Wil Coyote se situe quelque part entre l’ombre et l’image. Ce module ouvre un espace-temps qui se partage entre la scène et l’écran en une multitude d’oscillations possibles. Sur scène, un groupe de musique post rock, convoque au présent des incantations à la mémoire d’un passé ou d’un futur utopique, dans lequel les animaux ressemblent étrangement aux hommes. Les acteurs sont capturés sur l’écran vidéo pour une série “d’évaluations” qui scrutent la paranoïa du monde de la “post vérité” où la camera semble être le seul témoin. Entre la scène et l’écran, un hors champ, une zone d’ombre. Ce seuil inconnu est vaste et infiniment complexe. C’est un espace potentiel, beau et difficile, où la nature et le cosmos célèbrent en continu la danse subtile de la réalité. Par cette mise en jeu de l’espace projeté et l’espace du concert, le module 3 met en scène un choeur de présences à la recherche d’une voie d’accès au moment présent.


PRESSE

“Une médiation entre la danse, la musique, et un langage du corps et du mouvement qui transcende les limites du langage verbal. ” Brad Simm, Beatroute Magazine
“Supernova Trilogy invite le spectateur – objet, sujet et acteur de la recherche – à s’interroger sur son vécu.” Natacha Margotteau, Mouvement Magazine
“C’est un cri primal, animal, rageur, nostalgique et désespéré, un appel au réveil de la conscience.” Natalie Geilibert, Kulte
“La juxtaposition de l’espace urbain et de la solitude….est à la fois saisissante et émouvante.”Stephen Hunt, Calgary Herald

LA TRILOGIE SUPERNOVA – PRESSE

Contact

Contactez Nous

    Nom*

    Courriel*

    Sujet du courriel

    Votre message

    MARK LAWES

    Co-Directeur Artistique

    Email: mark@theatrejunction.com

    RAPHAELE THIRIET

    Co-Directeur Artistique

    Email: raphaele@theatrejunction.com


    Email: info@theatrejunction.com

    Adresse:

    2230 Avenue du Mont-Royal E

    Montréal, QC H2H 1K4

    Abonnez-vous à notre infolettre